Pièce (dé)montée

J’ai des doutes

François Morel, Raymond Devos

Un jour ou l’autre, ces deux funambules des mots suspendus
 au-dessus du vide devaient se rencontrer et communier dans un même élan complice.
C’est fait et de la plus belle façon. François Morel se régale et nous régale.
Pas d’imitation chez ce faux lunaire inspiré, espiègle
 et imprévisible mais une réinterprétation habile, légère, maligne des textes de son maître, Raymond Devos.
Aucun doute, un pur bonheur.

Partager sur , image/svg+xml ou