Danse

Comme un trio

Jean-Claude Gallotta d’après Bonjour tristesse de Françoise Sagan

D’une élégance folle.
Nous n’en finirions pas de multiplier les louanges pour ce coup
de foudre de l’été qui, séance tenante, nous a conduits à lui faire place dans la saison. Finesse et intelligence irradient le plateau. Les pieds, les mains, les regards, les cambrures, les appuis, les relâches, tout est juste, tout est beau.
On en sort avec l’envie de lire et connaître Sagan, et de remercier celles et ceux qui nous ont offerts cette heure de grâce.

Partager sur , image/svg+xml ou